France Télévisions: Delphine Ernotte avait informé le CSA des fonctions qu’elle occupe chez Suez

par 2commentaires No tags 1

11571197lpw-11571202-article-ernotte-france-televisions-medias-jpg_4812129_660x281

 

 

Les membres du Conseil supérieur de l’audiovisuel savaient-ils que la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, siégeait au conseil d’administration de Suez? « Oui » ont répondu, ce matin, les services du CSA, alors que la question était posée en plénière. Cette information figurait en effet très clairement dans le «CV» fourni au printemps 2016 par celle qui se portait alors candidate à la présidence des chaînes publiques. Considérant à l’époque l’information clairement transmise, le CSA n’avait pas relevé, ni  cillé, quant à un quelconque conflit d’intérêt. Affaire classée…

Si le CSA s’est saisit ce matin de cette question, c’est parce que la  diffusion, le 12 mars sur France 2, d’une enquête intitulée « L’eau : scandales dans nos tuyaux» continue d’interroger. En effet ce document, diffusé dans le cadre du magazine Cash Investigation, pointe du doigt les principaux acteurs du secteur, dont Veolia. Tous, peu ou prou, sont ciblés, à l’exception de Suez qui passe à travers les gouttes et échappe à la charge.

Ayant eu connaissance de l’existence de ce reportage, les responsables de Veolia avaient adressé, trois jours avant sa diffusion, un long courrier à France Télévisions, où ils s’étonnaient d’un traitement si peu équilibré. Les mêmes dirigeants de Veolia évoquent alors dans ce même courrier la rémunération de Delphine Ernotte, au titre des fonctions qu’elle occupe chez Suez, maison dont elle préside le Comité d’éthique: 51 636 euros, en 2016. Se pose alors la question du conflit d’intérêt et du caractère biaisé d’un reportage où Suez est étrangement absente. Là encore, le CSA n’a pas estimé qu’il y avait là matière à intervenir, estimant que le reportage en cause relevait de la seule responsabilité éditoriale du magazine. D’autant  qu’à ce jour Veolia n’a pas déposé de recours devant le CSA.

1
2 Comments
  • Michel Esclany
    mars 22, 2018

    Drôle de défense de la part de VEOLIA, de chercher à impliquer son concurrent SUEZ dans la révélation de ses propre turpitudes !

  • Red John
    mars 26, 2018

    se pose surtout le problème est ce qu’un dirigeant d’une entreprise publique comme France TV peut accepter de sieger dans un conseil d’admin et percevoir une grosse rémuneration?