Bercy chiffre dans une note à 700 millions d’euros le montant des économies exigées pour l’audiovisuel public

par 1 No tags 13

 

 

téléchargement

 

Si la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a subtilement évité les questions qui fâchent lors de sa conférence de presse du 4 juin, où elle avait dévoilé, en présence de l’ensemble des PDG de chaînes de service public, ses premières propositions de réforme pour l’ensemble du secteur, la direction du Budget, à Bercy, s’est chargé de rédiger la douloureuse : un train d’économies solides que doit encore arbitrer Matignon.

Dans une note détaillée cette direction rattachée au ministère du Budget de Gérald Darmanin chiffre à 700 millions d’euros (nettes)  le montant de ces économies qui devront être réalisées à l’horizon 2022.

Et pour atteindre ce cap, les services de Bercy n’y vont pas de main morte. « Numérisation des chaînes de France Télévisions », « mutualisation Arte-France Télévisions », « économies de fonctionnement », «synergies France 3-France Bleu», « recentrage de TV5 Monde », «partage des droits de production», « économies sur les programmes  de France 3  et de France 0 »…Les efforts demandés sont nombreux, y compris sur le plan social. Les services de Gérald Darmanin fixent en effet à 2050 le nombre de salariés appelés à quitter leurs postes d’ici à la fin 2022, le tout dans le cadre d’un plan de départs volontaires qui impacte l’ensemble du secteur. Si France Télévisions est le plus sévèrement touché, avec 1500 personnes  (soit 17% de sa masse salariale), Radio France, TV5 Monde et France Medias Monde sont également concernés, avec des plans respectifs de 300, 200 et 50 unités.

La note est également salée sur le plan budgétaire, avec des coupes sombres tous azimuts. Et c’est France Télévisions qui est, là encore,  la plus durement impactée, avec 564 millions d’euros d’économies programmées d’ici à 2022. Radio France (46 millions), TV5 Monde (38 millions) et Arte (20 millions) sont également ponctionnés. Ce train d’économies va être mis en place sans attendre, dès cette année, avec des notifications adressées aux chaînes courant du mois prochain: on évoque un premier plan d’une cinquantaine de millions d’euros pour «France Télés» dans les étages dirigeant duquel ont s’arrache les cheveux.

L’audiovisuel public doit ainsi s’attendre à quatre années de vaches maigres et donc à de profondes difficultés. Bercy, qui ne l’ignore pas, liste d’ailleurs dans ce document les handicaps et charges qu’il devra surmonter et supporter dans ce contexte de restrictions budgétaires : de la baisse de ses recettes publicitaires au chantier de rénovation de Radio France, en passant par le coût des départ volontaires, des développements numériques ou des retransmissions des prochains JO.

Adressées à Matignon ces recommandations vont être discutées par le cabinet du Premier ministre. Et c’est dans les jours à venir que l’on saura si les efforts  demandés à l’audiovisuel public sont aussi rudes que ceux préconisés par les services de Bercy.

 

 

13
1 Comment
  • Fafnir
    juin 25, 2018

    TV5 monde devrait être comme Arte, partagé avec l’Allemagne, et avoir des discussions sur les jeux vidéo notamment par Gamekult.