Affaire Benalla: ces chiffres d’audience qui embarrassent l’Elysée

par 0 No tags 1

 

 

 

Quel impact, quel écho, a eu l’affaire Benalla dans les médias? A l’évidence, très important. Mais dans quelles proportions ? Avec quels chiffres, quelles audiences, bref, quelles retombées? Pour avoir une vue globale sur cette question, je me suis tourné vers Kantar TNS, (anciennement Sofres), la seule société de marketing et d’opinion en mesure d’analyser et de quantifier l’onde de choc, l’Unité de Bruit Médiatique, (UBM), déclenchée par telle ou telle information, par tel ou tel événement.

C’est cette entreprise qui a notamment dressé le bilan, qui a fait la synthèse médiatique, de la dernière Coupe du monde de football, chiffres d’audiences et mesures d’impact à l’appui.

Or Kantar TNS se refuse, dans l’affaire qui nous occupe, à donner le moindre chiffre. Jointe, la société en question répond qu’elle ne délivre aucunes données à ce propos, dès lors que le sujet traité est politique. Et de caractère « sensible ».

Les responsables de Kantar TNS m’ont conseillé de me tourner vers le Service d’Information du Gouvernement (SIG) à Matignon, qui dispose de données chiffrées précises, toutes fournies par ce même Kantar, elle-même prestataire de l’Hôtel Matignon.

Joint à son tour, le SIG m’a fait la même réponse: ces données confidentielles n’ont pas vocation à être divulguées.

Circulez! Il y a de quoi être surpris. Comme aux plus belles heures des années Peyrefitte, sous De Gaulle, l’exécutif se réfugie dans un mutisme qui en dit long sur l’embarras que continue de susciter l’affaire Benalla. La réponse de Matignon est d’autant plus absurde que quelques coups de fil suffisent pour trouver quelques chiffres clés.

Ainsi :

Les deux seules interviews d’Alexandre Benalla dans le Monde et le JDD ont permis à ces deux titres d’enregistrer des records de ventre. Le Monde a vu ses ventes en kiosque progresser de 17%, avec un gain de 165 000 abonnés numériques, le jour même.

Quant au JDD, c’est sa deuxième meilleure vente de l’année.

Autre chiffre: l’interview d’Alexandre Benalla dans le journal de 20 heures de TF1,  le vendredi 27 juillet, (soir de départ en vacances) a été regardée par 4,1 millions de téléspectateurs : un chiffre important au cœur de la torpeur estivale.

BFM TV a réalisé, quant à elle, un carton d ‘audience  avec la retransmission des auditions de quelques-uns des acteurs de  cette affaire,  qu’il s’agisse de celle de Gérard Colomb ou du préfet de police de Paris : quelques  600 000 téléspectateurs, soit le triple de l’audience habituelle de BFM TV dans cette case horaire.

Même chose pour CNEWS  qui a également vu son audience tripler.

L’exemple sans doute le plus spectaculaire vient de Public Sénat. La retransmission par la chaîne parlementaire de l’audition du Secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler,  a été regardée par 1,2 million de personnes et par 600 000 autres à 22 heures, avec sa rediffusion : un score tout bonnement historique.

Ces quelques chiffres anéantissent les propos de l’Elysée et d’Emmanuel Macron balayant d’un revers de main une affaire qui, selon eux, n’intéresserait pas les français. Ce feuilleton a non seulement trouvé un large écho, mais elle a également crispé un exécutif particulièrement nerveux.

C’est ainsi que les tensions restent vives entre l’Elysée  et France 2 : Emmanuel Macron critique le traitement de cette affaire dans le journal de 20 heures de cette chaîne.

Quant à la communication de l‘Elysée à ce propos, elle a fait une première victime: Bruno-Roger Petit. Aujourd’hui sur le départ, le responsable de la communication de l’Elysée fait un fusible tout trouvé. Envoyé seul au feu, il a eu gérer une communication de crise particulièrement délicate. Le sacrifice de ce journaliste et pompier de service n’en est que plus inutile et injuste.

1
0 Comments