Classe! Zemmour se paye Hapsatou Sy sur le plateau d’Ardisson…Où tout le monde se marre.

par 0 No tags 0

 

 

« Votre mère a eu tort de vous appeler ainsi. Elle aurait dû prendre un prénom du calendrier et vous appeler Corinne par exemple, ça vous irait très bien ». Les ricanements sont montés dans les rangs du public. Tandis que  sur le plateau de Thierry Ardisson certains des chroniqueurs présents ont laissé échapper un sourire amusé…Ardisson, lui-même, a eu l’oeil qui frisait.   Quelques secondes plus tôt Eric Zemmour se gaussait du prénom d’Hapsatou  Sy,  lui suggérant ainsi d’en changer.

Ce bref moment de télévision, comme un glaviot jeté sur une nappe immaculée, fait depuis quelques heures le  «buzz » sur la toile, sans que personne ne s’offusque de la sortie de celui à qui la télé offre complaisamment des tribunes. Qu‘il est drôle, sans filtre ni  tabou, ce sacré Eric dont les livres se vendent par centaines de milliers! Comme quoi l’homophonie, le sexisme et l’islamophobie réunis forment un cocktail dont le petit écran a compris l’efficacité et se délecte.

Qu’importe en effet le contenu du breuvage pour peu qu’on ait cette petite séquence d’ivresse nauséeuse, qui voit Eric Zemmour baculer immanquablement dans ce qu’il sait faire le mieux: la minute facho.

La minute provoc’ : celle pourquoi on l’a expressément invité et sans laquelle Zemmour ne serait pas Zemmour.

L’époque est ainsi : le moindre petit écart d’un Cyril Hanouna vaut à l‘intéressé les pincements de nez de tout métier, les foudres du CSA et les hurlements des ligues de vertus, conjugués. Quand Eric Zemmour peut allégrement distiller son venin le plus rance avec la bénédiction d’une profession qui lui baise l’anneau et lui déroule le tapis rouge.

Pétain a sauvé les juifs des chambres à gaz, assène-t-il avec un aplomb confondant! Rivés à leurs prompteurs et à leurs oreillettes, ses intervieweurs laissent dire les yeux écarquillés, comme des lapins de garenne pris dans les phares d’une voiture. Ont-ils bien compris, ce jour-là, ce que venait de leur asséner le chantre du «complot féministo-arabo-africain» ?  Ou ont-ils choisi de laisser dire, avec l’assurance de voir le pulsomètre de leur émission s’envoler vers les sommets?

 

 

0

Comments are closed.