La Cour des Comptes épingle le Comité d’entreprise de l’audiovisuel public

par 4commentaires No tags 0

640_france-tele-wwwwebchroniquecom

 

La Cour des Comptes vient d’achever la rédaction d’un rapport confidentiel sur le Comité interentreprises de l’audiovisuel public, ( le CI ORTF) qui gère les activités sociales, culturelles et touristiques des 14 000 salariés de France Télévisions, de Radio France et de l’institut nationale de l’audiovisuel.

Or ce rapport, dont le JDD donne les détails, est sévère. 

Bienvenu au pays de Courteline. Les magistrats, dont l’enquête porte sur la période 2012-2016, dénoncent pour commencer des effectifs conséquents (50 permanents + 110 intermittents en haute saison). Ainsi qu’une organisation pour le moins lourde: outre sept services cette structure dispose d’un Comité exécutif, d’une Assemblée plénière, ainsi que d’une armée mexicaine  de cadres à tous les étages…

Et étrangeté : Pas de patron, pas de pilote, à sa tête !

Ce CE au budget de 20 millions d’euros est géré par un simple trésorier et une secrétaire. Quoi de plus normal nous rétorquera-t-on ? N’est-ce pas le cas dans la plupart des Comités d’entreprise ? La Cour des comptes ne l’entend pas de cette oreille qui eut égard aux enjeux et au budget de cette structure, (créée en 1974 !) recommande dans son rapport la nomination d’un directeur général.

Les magistrats de la Rue Cambon se posent également des questions quant aux dépenses de personnels qui représentent, à elles seules, 41 % du budget du CE. Quant au salaire moyen de ses permanents il s’élève à 3835 € mensuel. C’est-à-dire 30 % supérieure à la moyenne des salaires en France et dans la  fonction publique, font remarquer les magistrats.

Parmi les quelques perles de ce rapport :

La signature de transactions insolites. C’est ainsi qu’un cadre a reçu, à  titre d’indemnité de départ, près de 33 mois de son salaire net. Il y également le cas d’un ancien trésorier qui ayant déclaré être domicilié dans le Var, a reçu, entre 2010 et 2014, plus de 50 000 € de remboursement de frais de transport et d’hébergement. Sauf que Les magistrats ont découvert que le trésorier en question disposait d’un logement à Paris. Si bien que la Cour a ordonné  que ces sommes soient remboursées dans les plus brefs délais.

Parmi les autres découvertes de la Cour des Comptes, figure l’affaire du château de Lalinde, ( en Dordogne), l’un des six sites de vacances de ce CE, avec des travaux d’aménagement exorbitants, dont le JDD donne les détails.

L’exemple de la médiathèque fantôme de ce Comité interentreprises est tout aussi insolite. Avec cinq emprunts par jour en 2017, pour sept heures d’ouverture quotidiennes et un coût de fonctionnement annuel de 200 000 €, cette médiathèque est un objet anachronique. Tant et si bien que la Cour des Comptes recommande sa fermeture pure et simple.

 

 

0
4 Comments
  • Vinagre
    septembre 17, 2018

    Bonjour,

    Le rapport de la coure des compte est visiblement très orienté et manifestement très incomplet.
    Pour éclaircir le propos:
    La majorité des centres gérés par le Ciortf sont propriété de TDF. Les autres ont été dévolu aux Ciortf par les sociétés de l’audiovusuel, qui se sont desangagées dans la gestion du patrimoine des oeuvres sociales des salariés.
    Le centre de Lalinde quant à lui était propriété de la Sfp, mais avant cela, ce fut un leg fait aux œuvres sociales de l’ortf par un salarié de l’ORTF.
    À la privatisation de la Sfp le centre a été acheté par le Ciortf et c’est suite à cet achat qu’il y a eu un projet de rénovation et de modernisation.
    Le budget alloué au titre de l’investissement est à amortir sur 30 ans. Ce qui revient à faire un investissement de 250 000€ par an.
    Dénigrer l’actions Des élus, syndicalistes, qui ont naturellement la responsabilité de la gestion des oeuvres sociales est juste écœurant.
    L’action des élus des sociétés de l’audiovisuel Public permet à environ 3500 familles, soit 12 000 personnes, de bénéficier de vacances subventionnées.
    Elle permet aussi, tous les ans, à environs 2 500 enfants de bénéficier des Accueils Collectifs pour Mineurs (ex Colonies).
    Sans oublier les 1 500 retraités qui partent annuellement.
    Nous pouvons dire que l’action des élus qui ont œuvré a la création du Ciortf on eu la volonté de mutualiser les moyens pour en faire bénéficier les salariés des sociétés de l’audio Public.
    À ce jour, les centres de vacances ont un taux de remplissage exemplaire pendant la période des congés scolaires dates auxquelles partent majoritairement les Français.

    Quand à la médiathèque nous sommes dans un service qui permetait aux salariés de sociétés basées à paris d’avoir Accès à la culture et à la lecture.
    Dommage que ceux ci n’utilisent pas l’outil mis à leur disposition.

    Dénigrer, caricaturer n’est pas informer.

  • LARGO
    septembre 21, 2018

    @Vinagre
    Il n’est , dans cet article, ni question de dénigrer ni caricaturer.
    Il s’agit de rendre public l’utilisation d’argent public.
    Cet artcile ne fait que résumer un rapport de la Cour des Comptes.
    malheureusement, s’en suivra comme beaucoup d’autres cas similaires d’abus de dépenses publiques, quelques récupérations médiatico-politiques , mais sans conséquences sur le fonctionnement le l’Etat et de ses institutions.
    Après ce rapport, un autre similaire dans un autre secteur puis un autre, et la vie continue.
    Pour corriger tout cela, on demandera aux contribuables que nous sommes de mettre la main à la poche pour sauver la France.
    Désolé, pour la dérive politique, mais RIEN NE CHANGE.

  • Ousbay
    septembre 22, 2018

    Le 1 er commentaire montre à quel point vous êtes complètement aveuglé par vos privilèges de fonctionnaires ou assimilés, et le plus honteux dans tous ça c est que vous essayez de vous justifier… Dans ces cas là vous devriez faire profil bas, vous êtes pathétique.

  • Dom
    septembre 25, 2018

    La plupart des Français se payent leurs vacances quand ils peuvent en prendre.
    Ils payent aussi la redevance audiovisuelle et doivent savoir ou passe cet argent.
    Les organismes de contrôle sont là, et heureusement, pour vérifler si l’argent publique est bien utilisée.
    Dans la sphère du pouvoir (monde politico-médiatique, économique et financier) certains se croit au dessus des lois et pensent (honnétement en plus) que c’est normal: puisqu’il se donnent du mal, ce n’est que justice de se servir un peu dans la caisse.
    Sauf qu’encore une fois , c’est l’argent des Français. 1 euros d’argent public détourné, c’est du vol,
    Fin de la discussion.