68,1 millions d’euros: les exorbitantes aides à la presse accordées au Figaro du groupe Dassault.

par 0 No tags 1

 

catalog-cover-large

 

Y aurait-il quelque chose de malsain dans les relations qui lient l’état au marché de la presse écrite ? Ainsi des sommes, pour le moins exorbitantes, qu’ont perçues un grand nombre de titres ces dernières années. Selon les chiffres publiés par le ministère de la Culture : Entre 2012 et 2017, Le Figaro a ainsi obtenu de l’état quelques 68,1 millions d’euros, dans le cadre des aides à la presse. Le quotidien du groupe Dassault est suivi de celui de Bernard Arnault, Aujourd’hui en France/Le Parisien, qui a encaissé 64,7 millions d’euros sur la même période. Le Monde, avec Xavier Niel pour actionnaire, (64,5 millions d’euros), Ouest-France (49,3 millions d’euros) et Libération, avec Patrick Drahi pour propriétaire, (46,9 millions d’euros) viennent ensuite. En cessation de paiement depuis quelques jours et au bord  du dépôt de bilan. L’Humanité a touché, quant à lui, un peu plus de 30 millions d’euros. Une somme également coquette qui ne l’empêche pas d’être au bord du gouffre.

Est-il normal qu’un groupe comme celui du Figaro, qui tire de très confortables revenus des sites marchands qui le composent et dont le propriétaire est l’une des famille d’industriels les plus riches de ce pays, perçoivent de telles aides? De même de Bernard Arnault, pour qui le groupe Aujourd‘hui-en France/ Le Parisien est une goutte d’eau au sein de son empire. Il y a quelque chose ici d’étrangement anormal qui mériterait sans aucun doute une sérieuse remise à plat. A tout le moins une réflexion.

1

Comments are closed.