Anne-Elisabeth Lemoine et Nicolas Dupont-Aignan: l’honneur retrouvé de la profession

par 0 No tags 2

 

 

Il  est des réflexes salutaires qui honorent notre profession. Et que l’on aimerait voir se répéter. En décidant de mettre sèchement un terme, mercredi soir dernier sur le plateau de C à vous, à l’interview du président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, Anne-Elisabeth Lemoine a osé ce qui devrait tout simplement relever de la norme. Quelques instants auparavant celui qui n’existerait pas sans ces médias qu’il abreuve d’insultes à longueurs de mois, (mais au-devant desquels il se précipite à tout instant), accusait le journaliste Patrick Cohen, présent dans l’émission, de « cireur de pompes du pouvoir ».

 

L’incident avait suscité la colère de l’intéressé, qui s’apprêtait à quitter le plateau et la stupeur de la présentatrice qui n’a pas hésité, et c’est une première, à interrompre l’interview en question. Et à sommer Dupont-Aignan de prendre ses cliques et ses claques: de quitter l’émission.

Se lever ainsi face à un homme politique atteint de « mélenchonite, qui a pour habitude de se comporter sur les plateaux de télés comme en terrain conquis, où il distribue les bons points et admoneste les journalistes, n’est pas à proprement parler du courage, comme beaucoup l’ont rapidement écrit, mais plus simplement du bon sens.

On ne devrait même pas s’étonner de ce geste, tant il devrait nous être naturel. Les réactions à ce propos montrent à quel point notre profession fait preuve d’une grande ambiguïté à l’égard d’une classe d’intouchables dont on a pour fâcheuse habitude de baiser l’anneau. Comme si s’estimant dotée d’une immunité, dès lors qu’elle franchit le seuil d’un plateau de télévision, la classe politique avait tous les droits. Et ceux qui l’interrogent, un devoir de réserve. Et de silence.

Anne-Elisabeth Lemoine a eu le mérite de replacer le curseur à sa juste place. Et un homme politique à la sienne. On aimerait seulement que les prochains intervieweurs de Nicolas Dupont-Aignan aient la même exigence.

2
0 Comments