L’insultante pluie de millions sur la cathédrale Notre-Dame! Et nos Misérables?

par 2commentaires No tags 0

la-cathedrale-notre-dame-en-feu-photo-afp-1555406049

 

Il y a décidément quelque chose d’irréel, de proprement scandaleux, de définitivement indécent, au spectacle de cette dégoulinade  de millions d’euros sur la cathédrale Notre-Dame. Quand à quelques pas de là, en face de l’édifice et aux portes de l’hôpital de l’Hôtel-Dieu, viennent frapper chaque nuit des SDF au bout du rouleau. Quel spectacle insultant pour ces millions de Français exclus que d’assister au concours que se livrent les grandes fortunes de ce pays : à cette bourre que se tirent Bernard Arnault, François Pinault et autres Bettencourt autour du futur chantier de Notre-Dame.

Dans un unanimisme confondant la classe politique est accourue au chevet de l’édifice en flammes sans le moindre recul, sans la moindre distance, la plus petite nuance. Il faudrait sans doute que celle-ci passe le périphérique parisien pour s’apercevoir que la France n’est pas celle de ces bobos larmoyants que l’on a vu défiler en procession au pied d’une cathédrale devenue priorité nationale.

Et que dire d’un président de la République engluée depuis des mois dans une crise sociale rarement vu dans ce pays depuis 1968 et dont on attend toujours les réponses ! Malraux, sors de ce corps ! Il y avait quelque chose de lunaire et d’absolument confondant dans son discours à la nation d’hier où on vit un Président de la République en exercice en appeler à l’unité de tout un pays, sur des accents dignes de Malraux,  pour restaurer un chef-d’œuvre que l’on pourra demain repeindre en or vu l’énormité des sommes énormes récoltées pour sa restauration.

Il y a quelques semaines de cela je me suis rendu dans l’une des communautés gérée par Emmaüs. Bienvenue en terre inconnue…Quelques heures passées aux côtés de ceux qui s’occupent nuit et jour des plus démunis, des plus Misérables, avec une dévotion sacerdotale, vous remet immédiatement d’aplomb. Tout manque dans ces communautés sans lesquelles les plus pauvres viendraient grossir l’armée de ceux dont le quotidien est synonyme du dénuement le plus absolu.

L’épisode de Notre-Dame laissera des traces. Car  passée cette émotion éphémère, amplifiée par les chaînes d’info et pas seulement, qui se sont ruées sans le moindre recul sur ce spectacle son et lumière, la réalité risque de rattraper brutalement un exécutif hors sol. Le retour de bâton risque d’être brutal. On n’en vient presque à le souhaiter.

0
2 Comments
  • Brenot
    avril 18, 2019

    Si l’on est un tant soit peu honnete, on ne peut qu’etre d’accord avec votre editorial. Relativisons, il y a plus malheureux que Notre Dame meurtrie ! Gouverner, ce n’est pas diriger la Francaise des Jeux. D’un cote, des gagnants, de l’autre des perdants ! Le retour de baton, comme vous l’ecrivez, risque d’etre violent et les Gilets jaunes, comme d’autres Francais, pourraient vite le faire savoir a un President qui navigue au gre du vent !

  • redjohn95
    avril 24, 2019

    En total accord avec votre éditorial. Maintenant on attend la Nouvelle Cathédrale de Paris LVMH, L’Oréal avec 20 messes par jour et sur les coursives les boutiques Louis Vuitton et l’oréal