Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/35/d625980815/htdocs/wp-includes/post-template.php on line 275

Pierre Ménès sur le billot des médias : jusqu’où la chasse ?  

par
Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/35/d625980815/htdocs/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405
0
No tags 0

pierre-menes-tpmp-je-ne-suis-pas-une-salope

 

Que faut-il penser du cas Pierre Ménès dont l’avenir professionnel ne tient plus qu’à un fil depuis que la chasse a été lancée sur les réseaux sociaux. Et qu’il a décidé de se mettre en retrait, ce dimanche, du Canal Football Club. Par souci d’apaisement et parce qu’enlisé dans une polémique dont il n’arrive pas à se dépêtre. Après les révélations survenues à la suite de la diffusion du documentaire de Marie Portolano sur le sexisme dans le journalisme sportif, le chroniqueur ne sera plus à l’antenne « jusqu’à nouvel ordre », indique la chaîne. Le chroniqueur s’est excusé publiquement sur Twitter, affirmant qu’il « regrettait sans aucune ambiguïté tous ces gestes du passé qui ne se justifiaient aucunement ». Il a adressé un flot d’excuses à ses anciennes consœurs, Marie Portolano, Isabelle Moreau ainsi qu’à la chroniqueuse Francesca Antoniotti. Le tout sans effets.

Le journaliste de Canal+ a beau battre sa coulpe sur tous les tons, tendre la nuque, rien n’y fait :  en d’autres temps pas si lointains, il aurait été tondu en place publique, puis fusillé. Les voisins d’hier qui vous dénonçaient à l’occupant ont été remplacés par une foule d’anonymes que chauffent à blanc quelques robespierristes dépositaires de la bienséance, dont Médiapart s’est fait le chantre. Sur le net des ligues se sont constituées qui le chassent en meute. L’hallali a été décrété.

Il n’est pas question ici d’absoudre un confrère réputé pour être sans filtre et dont le comportement est inexcusable. Lui-même le confesse : il n’a pas été exemplaire. Et ses propos dans le documentaire de Marie Portolano n’ont pas été non plus des plus habiles. On a connu meilleure défense. On en conviendra : il y a quelque chose d’un peu  «beauf » chez Pierre Ménès. Au sens patrimoniale du terme.  A l’entendre dans ce doc, on a le sentiment de l’avoir croisé mille fois : dans les travées d’un stade de foot, au comptoir d’un bistrot ou dans une salle de garde d’un hôpital. Mon père, médecin, me rapportait, il y a 20 ans, des comportements de carabins, passés à l’époque sous silence,  qui vaudraient aujourd’hui poursuites et condamnations.

« Il y a une part de beauf chez tout le monde », explique Cabu sur le plateau de Bernard Pivot en 1980. Quarante ans plus tard, la « beauf attitude » n’a pas pris une ride. Le Beauf n’a pas changé : amateur de pastis et de tuning, de gaudriole et d’envolées bistrotières, il est machiste, cultive les valeurs de virilité et stigmatise ou bouscule goujatement ce qui est, de son point de vue, l’opposé : non seulement les femmes, mais l’homme qui n’en est pas un. Soyons honnête :on a tous en nous une part de « beauf »  refoulé qu’on ligature intérieurement, qu’on empêche sciemment de s’épanouir, pour éviter de ressembler à ce ce « Français moyen » trop  « mainstream » . On a tous quelque part dans nos entourages un Pierre Ménès, grande gueule et main leste.  Ce stigmate ne vise pas  une cible sociale précise : héros négatif de la « France profonde », le « beauf » se recrutait dans les années 80 préférentiellement chez les militaires, les chasseurs, les CRS et les joueurs de loto. Transcourant aujourd’hui, on le trouve dans bien des couches de la société. Et les médias n’y échappent pas. Radios, télés, journaux…Il n’est pas un média que j’ai fréquenté depuis la fin des années 70, jusqu’à aujourd’hui, sans qu’il m’ait été donné d’en croiser de nombreux spécimens au détours d’une machine à café.

Il y a beaucoup de cela chez Pierre Ménès, qui cultive un style ramenard, indélicat  et provocateur. Mais doit-on pour autant le bannir d’un métier : le frapper d’interdiction professionnelle ? N’a-t-il pas déjà payé, passé au karcher des réseaux sociaux? Alors qu’aucune plainte n’a été déposée à son encontre, devrait-on le mettre au ban de la société ? Ne pourrait-on pas faire preuve d’un minimum de raison après qu’il se soit couvert de cendres et expliqué? Ne pourrait-on pas laisser Canal+ trancher paisiblement le « cas Ménès », sans que les  réseaux sociaux et le microcosme ne mettent la pression sur ses dirigeants?  Et ne pas entonner cette Carmagnole nauséeuse que nous fredonnent les réseaux sociaux où l’on dresse des listes et un échafaud. Où l’on désigne les têtes et mène la chasse.

 

0

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/35/d625980815/htdocs/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

Comments are closed.