fiin de partie

par 45commentaires No tags 0

L’un des pontes de France Télévisions, rencontré hier à déjeuner, est longuement revenu sur ce qu’il appelle « l’énigme Daniel Schneiderman », du nom du journaliste d’Arrêt sur image, émission appelée à disparaître sur France 5. Ce cadre dirigeant me disait n’être pas parvenu à comprendre l’animateur de  ce programme, un homme qui, depuis maintenant treize ans, décryptait, avec un mélange d’acuité vraie, d’intelligence au laser et parfois, de mauvaise foi, le dessous des cartes. Le divorce de Daniel Schneiderman avec France 5 est en fait le résultat d’une somme d’incompréhensions. Intransigeant, dogmatique à ses heures, idéologue, souvent, mais d’un réel courage journalistique, l’homme n’a pas su ou voulu jouer le jeu, composer un brin  avec les impératifs d’une chaîne de télévision soumise à des contraintes éditoriales et d’audiences. Schneiderman dirigeait cette émission comme s’il s’agissait d’une chronique journalistique, libre et sans tabou. L’homme dérangeait, bousculait, au point de refuser de rencontrer les responsables de France Télévisions, jusqu’au directeur des programmes de France 5, considérant qu’il n’avait pas à débattre du contenu de son émission. Une posture hiératique qui ne pouvait que déboucher sur un clash. Le bras-de-fer aura duré plusieurs mois. Las, Schneiderman a finit par s’immoler, en traitant de « nuls » ses dirigeants. Sa manière à lui de mettre la clé sous la porte.  

0
45 Comments
  • Didier
    juin 22, 2007

    Joli exercice de passe-plat de la direction de France 5 / France Télévision…
    Il est un peu tard pour même sauver les apparences.

  • poisson
    juin 22, 2007

    Qui c’est ce monsieur le Ponte? Peut-être vous avez tout imaginé cet entretien (moi-même j’aurais pu l’inventer…). Sans nom, le témoignage n’est pas valable.
    Autant un commentaire pseudomisé peut-être pertinent et faire réfléchir, autant un ponte faisant des déclarations en restant masqué ne peut pas infléchir mon opinion dans un sens, ou dans l’autre.

  • Sherman McCoy
    juin 22, 2007

    Je suis tenté de répondre qu’un bon journaliste ne se doit pas uniquement de déjeûner, fût-ce longuement, avec ses sources, aussi haut placées soient-elles. Il conviendrait également de vérifier et d’étayer leurs dires, faute de quoi un billet comme celui-ci a tôt fait de sentir l’intox à plein nez. Oui, celle-là même sur laquelle votre blog prétend vouloir lever le voile.
    De plus, pour crédibiliser le propos, il eût été de bon ton, au moins, de correctement orthographier le patronyme de l’intéressé.

  • Denis
    juin 22, 2007

    A lire votre article, je me rends compte que mon idée du métier de journaliste (mon propre métier n’a absolument rien à voir) est décidément complètement éculée …

    Disons que ma conception de cette professsion ressemble énormément à celle que vous prêtez à Schneidermann, je vous cite :
    « Intransigeant, dogmatique à ses heures, idéologue, souvent, mais d’un réel courage journalistique » – personnellement j’aurais remplacé votre ‘mais’ par un ‘et’ !!

    Mais je constate qu’il faut dénoncer et punir un tel comportement journalistique.

    Bien dommage …

    Dommage de perdre peut-être la seule émission « journalistique, libre et sans tabou » du PAF.

    Dommage de voir disparaître de nos petits écrans (le mien ne s’allumera désormais probablement plus, d’ailleurs) un homme qui « n’a pas su ou voulu jouer le jeu, composer un brin avec les impératifs d’une chaîne de télévision soumise à des contraintes éditoriales et d’audiences. »

  • La Rupture Tranquille
    juin 22, 2007

    Bjr,

    La meilleure réponse, c’est de défendre ce type d’émission ! C’est pas une question de personne même si celle de Daniel est contreversée !

    Faites circuler ceci en réponse :

    http://www.dailymotion.com/video/x2ce7s_petition-arret-sur-image-new

    Le courageux Grand Pont devrait le dire lui-même non ?

    A plus

    JD
    http://www.larupturetranquille.com

  • Anonyme
    juin 22, 2007

    Avec tous les journalistes de télévision prêts à »‘jouer le jeu » (dites nous lequel) voire »disposés à composer un brin », on aurait peut être pu en garder UN qui se montrait intransigeant.

    C’était encore un de trop sans doute.

    Merci pour ces remarques qui éclairent d’un jour révélateur le monde des médias et du pouvoir auquel vous vous flattez sans doute d’appartenir en déjeunant avec les pontes.

    Bon appétit.

    N Monnin

  • Babar
    juin 22, 2007

    Allons, France 5 n’existe pas, elle n’est même pas sur le bandeau de votre blog…

  • G.G.
    juin 22, 2007

    Ce Daniel Schneidermann, gonflé de sa propre importance, se croit indispensable à la démocratie. La suppression de son émission serait forcément une « censure » ou un complot politique… Il faut se réveiller, les émissions naissent et meurent à échéances régulières !

  • fripounette
    juin 22, 2007

    « Schneiderman dirigeait cette émission comme s’il s’agissait d’une chronique journalistique, libre et sans tabou »

    Tout est là.

  • Tonton
    juin 22, 2007

    Vous avez raison M. Revel!!
    http://mitterrand.2007.over-blog.com

  • poisson
    juin 22, 2007

    à ce G.G. : C’est vrai? Ce Daniel Schneidermann là, a un ego surdimensionné? : rester douze ans avec une émission d’à peine une heure, sur des chaînes un peu annexes, waouh! quelle ambition! (ah, vous pensez que c’est pour cacher son jeu? c’est sûr, l’intelligence est toujours hautement manipulatrice, et si elle n’est pas dominatrice de façon visible, c’est qu’elle prépare un coup en douce selon votre vision. Vous avez un complexe d’infériorité? affreusement exacerbé par les personnalités type D.Schneidermann? ah, ok). A part ça, des nuances vous échappent : reprenez quelques émissions qui meurent et poussez la comparaison au bout. Aucune différence? Bon, alors vous avez un déficit d’acuité, c’est net.

  • Aurélien
    juin 22, 2007

    Cher Renaud Revel,
    outre le fait que vous amenez des accusations sans aucunes preuves (très mauvais pour une journaliste quand même) j’aimerais savoir qu’elle a été votre réaction quand Pascal Sevran a failli perdre son émission (à cause des propos que vous connaissez) ? Vous l’avez défendu ou vous avait fait un article d’investigation de la même médiocrité ?

  • anamaywong
    juin 22, 2007

    Ou l’on voit que les journalistes dejeunent avec le pouvoir et leur lêchent les bottes. Le procés fait a tous les médias pour leur acquointances avec le pouvoir se vérifie chaque jour.
    La seule émission interessante de la 5 disparait pour faire place sans aucun doute à des inepties comme Sevran, Delarue ou Drucker. Minable!
    C’est De Carolis qui devrait rendre son tablier.

  • Kunh
    juin 22, 2007

    Vous êtes pitoyable, monsieur.
    Vous vous prétendez journaliste ?
    Mais vous devriez démissionner pour manifester votre soutien à cette émission si vous aviez une once de déontologie.

    Allez, ne soyez pas aigri, certes on ne risque pas de pétitionner pour vous retenir, mais qu’importe, vous déjeunez avec les bonnes personnes, n’est-ce pas ?

  • Luka
    juin 22, 2007

    Si je m’attendais à ce déluge de commentaires…

    En tout cas le son de cloche est différent de l’autre côté du mirroir, Schneiderman déclarant n’avoir pu rencontrer personne pour parler du fond. Enfin c’est juste dommage que cette émission finisse comme ça.

  • K.A.
    juin 22, 2007

    M. Revel, pourquoi faites-vous de la reproduction de discours semi-officiel de la direction de France Television (puisque vous ne donnez pas le nom de votre interlocuteur) ? Pourquoi ne cherchez vous pas à interroger tous les protagonistes de ce « clash », afin d’en tirer votre propre synthèse ? Pour moi, votre post (qui est le seul que vous ayez rédigé sur ce sujet) a autant d’intérêt qu’un communiqué qui serait sorti du cabinet de M. de Carolis. Ecrivez donc quelque chose qui ait un tant soit peu d’intérêt, si vous souhaitez en parler.

    Cordialement

  • Michel
    juin 23, 2007

    On trouve là tout la difficuté : souplesse sans compromis ; ouverture à l’autre tout en étant ferme sur l’indépendance et le fond. Etre sincère et implacable tout en n’étant pas dogmatique. Personnellement, j’étais fatigué d’ASI. Je ne sais pas, une érosion, lente…
    Sans doute qu’il aurait fallut le laisser libre, juste qu’à la faute…? « Schneiderman dirigeait cette émission comme s’il s’agissait d’une chronique journalistique, libre et sans tabou » : mais avouez que c’est étrange qu’il veulent faire justement ce pour quoi il était diffusé ?

  • Géraud
    juin 23, 2007

    Une question s’est imposé à moi en « visionnant » la posture officielle de France 5 ici en partie relayer.
    L’émission Arret sur images voyait son audience chuter.
    Daniel Schneiderman se refusait à modifier la forme et le fond d’une émission qui n’avait pas su se renouveler.
    Il « refuse de rencontrer les responsables de France Télévisions, jusqu’au directeur des programmes de France 5 ».

    La question la voici :
    Pourquoi dans de telles conditions et avec des motifs si évident, la fin d’arret sur images n’a-t-elle pas été annoncé plutot et moins lachement ?
    Pourquoi laisser filtrer des demi-vérités et des mensonges flagrants pour justifier d’une décision qui officiellement repose sur de solides arguments ?
    J’aurais bien une réponse mais le simple fait de l’évoquer risque de m’énerver.

  • Axel
    juin 23, 2007

    M. REVEL, résumer la décision de mettre fin à arrêt sur image à une simple question de management entre un collaborateur indiscipliné et sa hiérarchie me semble un peu court.
    La fin d’ASI, c’est la fin de l’autocritique de la télévision par la télévision , où, pléonasme, l’avénement du corporatisme roi. Et de grâce, ne présentez pas M. SCHNEIDERMANN comme un ayatollah lanceur de fatwas : à ma connaissance, le plateau d’ASI était ouvert. Et permettait aux journalistes, producteurs, rédacteurs en chef…d’expliquer leurs choix, c’est-à-dire d’assumer leurs responsabilités.
    Parce que voyez-vous, M. REVEL, c’est à mon sens le noeud de cette affaire : la responsabilité. Décider, puis assumer.
    Souvenez-vous, M. REVEL, de la manchette quotidienne du Figaro : « sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur » (Beaumarchais).

  • aplg
    juin 24, 2007

    « composer un brin »… et puis quelles sont ces « contraintes éditoriales » que vous évoquez ? peut-on en parler ou faut-il composer un brin ? sinon, expliquez nous votre menu quitte à déjeuner avec (un anonyme en plus).. au travail.

  • Alexandre Etuy
    juin 24, 2007

    Au fond, ce que vous reprochez à M. Schneidermann est son attachement à l’indépendance du journalisme ?

    « Composer un brin » qu’est-ce que cela signifie-t-il ? Pouvez vous nous éclairer sur les us et coutumes en la matière ? « Contraintes éditoriales ? » voici aussi qui appelle quelques explications ?

  • Elmer
    juin 24, 2007

    Voilà qui s’appelle servir la soupe avec déférence. Ce qui est amusant, c’est surtout la justification de la suppression d’ASI par l’argument « l’émission avait quand même douze ans ». Drucker recycle les mêmes concepts depuis bien plus longtemps, sans compter la longévité d’émissions comme 30 millions d’amis, des chiffres et des lettres et j’en passe, jusqu’au retour de la Roue de la fortune, mais là, pas un « ponte » ou un courageux directeur de chaîne pour pointer l’usure de ces programmes. Vouloir faire ensuite passer ceux qui crient à la censure pour des paranos me paraît alors bien méprisant et satisfait de la part des boss de l’audiovisuel public et de leurs affidés, catégorie dans laquelle ce billet de M. Revel le classe immanquablement.

  • Patrick
    juin 24, 2007

    Dis Renaud, si t’es libre demain, on déjeune. J’ai des révelations à te faire sur Moati…

  • Corinne
    juin 25, 2007

    Tout comme Denis, je m’étonne que la description que vous faites de D.Scheidermann ne soit pas votre conception du journalisme. Ce qui m’inquiète plus c’est ce que cela sous entend.
    « Intransigeant, dogmatique à ses heures, idéologue, souvent, mais d’un réel courage journalistique » Si pour ces qualités on se fait virer…..quid des dinosaures qui ont résisté aux différents pouvoirs en place? Car, désolée si je ne vois pas de hasard entre la date de l’annonce et l’évènement du dimanche précédent. Mais nous sommes bien au temps de la désinformation. Preuve en est votre billet « on m’a dit que »….c’est comme cela que naissent les rumeurs, Monsieur.
    Je finirai par une citation d’un de nos chanteurs populaire et engagé :
    « Papa, j’avais pas bien fait gaffe,
    Mais toi, t’es vach’ment vouté,
    Je crois que t’as trop pris de baffes,
    Que t’as trop souvent accepté de courber le dos »
    M.Revel, redressez les épaules.
    M.Schneidermann est quand à lui sorti la tête haute. Licencié pour avoir trop bien fait son boulot….et sans parachute doré!!!
    La télé pour lobotomisés a de beaux jours devant elle.

  • thomas
    juin 25, 2007

    Votre billet est dans l’air du temps….
    Le « metier » de journaliste comme vous l’appeller ressemble étrangement au metier de crieur / cireur /colporteur.
    Votre article n’apporte rien, si ce n’est nous éclairer un peu plus sur l’etat de votre corp de metier et des media en general….Circulation circulaire de l’information mimaaaaaaaam…..
    Savez vous que nous avons un type qui a oublié son nourisson dans sa voiture sisi je vous jure pas croyable……….

  • Antonio
    juin 25, 2007

    Hmmm … qu’un rédacteur en chef de l’Express puisse pondre un « article » de cette facture est consternant. Si pour vous le métier de journaliste consiste à louvoyer dans les coulisses du pouvoir pour attrapper la carotte en échappant au bâton … De toutes vos « brèves » ressort une lâcheté mielleuse, une auto-soumission (ou auto « immolation » selon votre vocabulaire qui semble pour le moins limité) répugnante. Vivent ceux qui savent éviter de « composer un brin » …

  • Fredkat
    juin 26, 2007

    C’est vrai que quand j’ai revu ça:
    http://www.dailymotion.com/video/xtnok_arret-sur-images-pascal-sevran

    je me suis dit qu’aucune émission ne remplacera AsI


    Fred

  • Paul-Henri
    juin 26, 2007

    Quand je lit votre post, Monsieur (?), voilà la question que je me pose :

    http://ucpf.org/article.php3?id_article=255

    PHD

  • Photine
    juin 26, 2007

    J’aime beaucoup le « composer un brin »…

    Je ne vous connaissais pas, monsieur Revel, mais en un texte, je vous trouve déjà très mauvais.

    Je n’imagine pas que vous soyez un vrai journaliste, c’est le degré zéro de l’information.

    Vous êtes show-off (écrire un post pour annoncer que vous avez déjeuner avec un « ponte », objectivement, c’est puant ET ridicule).

    Quant à rapporter brut de décoffrage le propos d’un employeur qui a amorcé une procédure de licenciement pour faute, ça ressemble très fortement à une alliance avec le patronat dans son aspect le plus laid.

    Nul.

  • rouge de honte
    juin 26, 2007

    La honte!

    Heureusement que la majorité des commentateurs de cette chose qu’on n’ose pas qualifier d’article ne se laisse pas berner par sa totale servilité.

  • Vittorio CARRARE
    juin 27, 2007

    Ce billet n’honore pas votre sens critique.

  • om
    juin 27, 2007

    Humm… ça pue vraiment cet article.

  • Julien
    juin 27, 2007

    Cher Monsieur Revel, comme on dit:
    « Baisse la tête pour manger ta soupe, mais pas plus bas que la table. »

  • GaelR
    juin 30, 2007

    Monsieur REVEL
    Vous etes un CRETIN !!

    A mon avis, le journalisme n’est pas fait pour vous.
    Leche botte, c’est mieux

  • Alexis
    juillet 1, 2007

    Monsieur Revel,

    Votre article n’apporte pas grand chose. On ne sait pas qui est interviewé, on parle de règles sans dire lesquelles. JUSTEMENT, arrêt sur image decriptait ce genre d' »information » pas fini. Ils expliquaient qui étaient impliqués, pourquoi cet article ou reportage avait été diffusé, quelles étaient les règles et à quoi elles servaient. Malheureusement plus personne nous expliquera qui est le « ponte », quelles sont vos règles, qu’est ce qu’elles protègent et qu’elles informations elles cachent. DOMMAGE

  • renaud
    juillet 1, 2007

    – degré zéro de l’information.
    – servir la soupe avec déférence
    – aucune info ds votre billet (un « ponte » : ça c’est de l’info !)
    et on en passe et des meilleurs. C’est tout simplement consternant…
    Germaine, passe-moi le seau !

  • Anonyme
    juillet 3, 2007

    merci renaud et fait passer le seau !
    ——————–
    je ne te donnerai ni du « monsieur » ni de « revel »; je pourrai être à mes heures trés malpolie !!
    ton blog de « m… » n’aura de liens chez moi ..

  • Alouest
    juillet 3, 2007

    Ce post pourrai figurer sur le blog d’un habitué du café des sports mais sur celui du rédac. chef d’un grand hebdo…
    Ca fait tache et cela me renforce mon opinion des journalistes en général : serveurs de soupe et sans couilles.

    A ne plus vous lire.

  • Anonyme
    juillet 4, 2007

    Beuurk !!!!!!!

  • Zorro
    août 14, 2007

    On vous aime tous !

    Il fallait dénoncer cette horrible réalité du Pouvoir actuel…
    …et en finir avec cette journaliste, non mais !!

    Bonnes Vacances.

  • burgundy
    avril 6, 2008

    Indeed,it is true, it’s always true. Comments ain’t even necessary.

  • Geoff Young
    avril 9, 2008

    Indeed,it is true, it’s always true. Comments ain’t even necessary.

  • top criminal attorneys martinsburg wv
    septembre 30, 2011

    Thats an all around well thought out article

  • chris greatwich
    novembre 2, 2011

    This might be the greatest post yet!!

  • indian mp3 songs
    novembre 9, 2011

    Probably this blogs best piece to date.