Combien gagnent Delarue ou Nagui: dans son rapport, la Cour des Comptes fait chou-blanc et réclame des audits

 

m_1252204416.jpg


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le rapport attendu de la Cour de Comptes sur France Télévisions a été publié ce matin. Et il pourrait se traduire par une seule et unique annotation : « une entreprise en progrès, mais qui peut mieux faire ». Les magistrats de la Cour des Comptes font ainsi  l’inventaire minutieux des qualités et des faiblesses d’un mammouth que la Cour trouve encore trop obèse et en retard par rapport au privé. Bref, une entreprise pas suffisamment armée, ni réformée, pour affronter la concurrence et les défis du futur.

« Depuis 2005 » note ce rapport, «le groupe a ainsi perdu près de 5 points de part d’audience pour se situer aux environs de 32 %4 – alors que TF1 en perdait, dans le même temps, près de 7. Dans la mesure où les ressources publiques allouées au groupe ont sensiblement progressé pendant la même période, cela signifie que le coût par téléspectateur a fortement augmenté pour la collectivité publique », peut-on lire en préambule.

«Cette perte d’audience se double, aujourd’hui, d’une situation financière très dégradée qui obligera France Télévisions à conduire sa transformation sous une forte contrainte économique. Le plan d’affaires négocié par l’entreprise et l’Etat en juin 2009, (…) prévoit un retour à l’équilibre à la
fin de l’exercice 2011. Mais il repose sur des hypothèses parfois fragiles – ainsi la réduction des effectifs de plusieurs centaines de postes par le seul fait d’un plan de départs volontaires.

Si la Cour des Comptes est dans son rôle quand elle analyse ainsi la situation financière délicate de l’entreprise France Télés, elle surprend, c’est le moins que l’on puisse dire, quand elle se risque à jouer les gendarmes à propos des programmes. 
« La deuxième évolution attendue consisterait », écrit-elle ainsi, « à soumettre le monde des programmes aux mêmes critères d’efficacité et d’efficience que ceux qui s’imposent dans les fonctions administratives. En effet, depuis des années, la réflexion sur l’organisation du groupe, suspectée de n’être pas assez efficiente, a tenu en lisière la problématique du coût des programmes, alors que c’est dans ce domaine que France Télévisions dispose des plus grandes marges de progrès. Cela est vrai en matière d’information, puisque les rédactions du groupe bénéficient d’une grande continuité budgétaire, sans qu’une définition précise de l’offre d’information assortie d’objectifs de quantité ».

Il y a de quoi être un peu dubitatif à la lecture d’un tel passage, qui nous renvoie aux plus belles heures de l’ex ORTF, quand l’administration  centrale et Matignon supervisaient l’information télévisée !

A Propos de l’audience des chaînes, la Cour des Comptes  fait un constat clair: « une baisse et un vieillissement de l’audience des chaînes publiques historiques, qui ne sont pas compensés par une hausse proportionnelle de l’audience sur les chaînes de la TNT ou sur les nouveaux supports de diffusion. Cette évolution s’inscrit dans le phénomène global de diminution de l’audience des chaînes historiques liée à l’extension de l’offre TNT et des autres supports: leur part d’audience est en effet passée de 93,5 % en 2005 à 89,9 % en 2008. Les chaînes hertziennes de France Télévisions ont subi cette diminution dans des proportions comparables à leurs concurrentes sur moyenne période (-12,7% entre 2004 et 2008, contre
-14,5% pour TF1 et -12% pour M6) ».

Reste un chapitre sensible : celui qui concerne la rémunération des sociétés de production et des animateurs-producteurs, ces « voleurs de patates » dénoncés au moment de l’affaire Elkabbach. Opacité, confusion, absence de transparence….la Cour des Comptes souhaite qu’à l’avenir elle puisse procéder  « à l’audit des comptes de production, par un expert comptable mandaté par elle. De tels audits sont demeurés rares jusqu’à une période récente : un par an à France 3, aucun à France 2 de 2004 à 2006. Toutefois, depuis 2007, France 2 et dans une moindre mesure France 3 ont développé un approche plus volontariste en la matière» 

Ainsi dénonce t-elle « Une rémunération finale opaque et multiforme ». L’usage, ajoute t-elle, ainsi, est que les contrats de production déléguée conclus par France Télévisions ne comportent pas de poste recouvrant explicitement la rémunération du producteur ».

Bref, c’est le maquis. Voilà plus de 20 ans  que la Cour des Comptes et les pouvoirs publics peinent à faire le clair sur l’exact état des lieux de la production télé en France.

JeanLucDelarue.jpgCombien gagnent vraiment un Delarue, une Mireille Dumas ou un Dechavanne? Quelles sont les véritables marges réalisées par les sociétés de production? Mystère et boule de gomme. Même les limiers de la rue Cambon ont fait chou-blanc

0
11 Comments
  • Jules
    octobre 15, 2009

    Nagui avec un « i ».
    Faut vraiment être nul pour ne pas savoir ça.

  • anderea
    octobre 15, 2009

    Nagu i oui il doit confondre avec Maguy loll ..
    ce qui (m’epatasse le plus ):que des animateurs puissent gagner beaucoup d’argent en participant avec les candidats..

  • thierry
    octobre 15, 2009

    @ REVEL de la rive gôche parisienne
    34 % D’audience pour FRANCE TELEVISIONS?????????
    Ah oui si on aditionne FRANCE 2 FRANCE3 FRANCE 4 FRANCE 5 ARTE
    Trop cher il y a trop de chaines publiques qui ne servent à rien !!
    REVEL je m’en tape combien gagne un DECHAVANNE travaillant dans un secteur ……….privé!!
    par contre le BOBO NAGUI s’est vanté de gagner 2000 EUROS PAR ……………..JOUR sur une chaine publique financée par les cons de contribuables que nous sommes!!
    pourquoi n’avez vous pas pris l’exemple de NAGUI MR REVEL très partial?? Le salaire de NAGUI est une honte!! en plus il bosse sur une radio privée!!
    en outre vous confondez MR REVEL secteur public et privé!!

  • laruelle
    octobre 15, 2009

    Tant qu’il y aura des C…. avec un grand C pour regarder toutes ces émissions plus débiles les une que les autres alors oui ces messieurs continueront de s’en mettre plein les poches !

    le français est un mouton … beêêêêêêê

  • JB
    octobre 15, 2009

    les salaires des soit-disants vedettes de la télé, c’est un honte et c’est indécent à notre époque ou des millions de personnes recherchent un emploi.
    Que peut-on faire pour marquer notre désaccord ou notre écoeurement?

  • risselriour
    octobre 16, 2009

    ET QUE DIRE DES  » CAUET » ET Cie ???

    Quand on sait que ces blablateurs médiatiques , rigolards, vulgaires et qui ont le culot de dire qu’ils travaillent « durs » (effectivement on s’en rend compte devant l’écran!!!) et qui ne déclarent au FISC que des salaires de l’ordre de 3000/3500 euros alors qu’ils touchent en réalité, et selon leurs dires, des millions et des millions d’euros( voir dailymotion et Cauet)on se rend bien compte qu’il y a 2 France : celle d’en haut la France des profiteurs , des parvenus , des voleurs (élus, patrons, banquiers, show-biz,animateurs des médias, sportifs…) et celle d’en bas, la France des travailleurs,du nivellement social où est tombé une bonne partie de la France dite « moyenne » (autre tartufferie) qui trime pour le « bout de gras » et paie ses impôts et n’a même pas de quoi se payer de vraies vacances ou même ,une maison de retraite car il faut voir nos vieux travailleurs aux retraites misérables et honteuses certains allant jusqu’à faire discrètement les poubelles, mais oui c’est vrai , ouvrez-vos yeux, même si l’immigtration du tiers monde nord africain entre en trombes sur notre sol alors que les emplois foutent le camp (?). Comment les impôts peuvent-ils admettre de telles déclarations provoquantes si ce n’est que les individus comme les Cauet et compagnie utilisent « le système fiscal » ce beau cadeau que Sarkozy a fait mais a pris soin de ne pas l’annoncer avant d’être élu … Nous vivons dans une France de plus en plus pourrie et que dire des paradis fiscaux et de la liste des 3000 noms, liste où figureraient entr’autres des noms de la « belle » gauche socialiste et autres qui n’osent plus trop déclamer comme elle le faisait en 36 ou mieux en 81…Depuis il est passé beaucoup d »eau boueuse et nauséabonde sous les ponts de France comme le fameux titre d’un livre à scandale sous la gauche ! « La Putain de la République »…
    Elle est bien, bien loin la France de 1789, donneuse de leçons, et celle du siècle dernier avec ses 200 familles : c’est de la rigolade aujourd’hui mais au moins c’était des patrons ceux-là , pas les bandits et les voleurs d’aujourd’hui, comme les Dassault qui paient pour se faire élire.Tous ces fraudeurs fiscaux qui ne sont ni plus ni moins que des délinquants et qui aux USA seraient arrêtés séance tenante, menottés et emprisonnés mais qui pourtant continuent tranquillement à travailler en France , comme AUCHAN,alors que toute sa famille est passée se mettre à l’abri derrière la frontière … Tous ces gens-là devraient être déchus de la nationalité française comme traîtres à la Nation tout simplement…quelque part on aurait une fièreté à être américain en dépit de tout ce qu’on peut dire dans cette France aussi grotesque que celle caricaturée par nos sans-culottes de 89 et qui aujourd’hui vous narguent avec des airs de faux aristots mais sans la classe ni l’origine car ils ne le seront jamais…

  • Renaud Revel
    octobre 17, 2009

    Vous n’y allez pas de main morte, c’est le moins que l’on puise dire! Sans aller aussi loin, je reste pour ma part simplement étonné que la Cour des Comptes ne soit pas en mesure de faire la clarté sur les rémunérations et la fortune de ces animateurs qui continuent à passer au travers. L’économie réelle des sociétés de production télés reste un mystère. Et ce n’est pas normal. .

  • Renaud Revel
    octobre 17, 2009

    Je comprend votre réaction et m’étonne que l’on ne mette pas un peu d’ordre dans ces pratiques.L’affaire Elkabbach n’a rien règlé et cela me choque aussi.

  • Renaud Revel
    octobre 17, 2009

    Exact…Naguy. Ce n’est pas le pire. Un peu de transparence, c’est tout ce que l’on demande.

  • Renaud Revel
    octobre 17, 2009

    Avec un « I », oui. Pour l’avoir rencontré à plusieurs reprises depuis des années, je peux vous dire que le garçon est intelligent et sympathique. Reste qu’il demeure avec d’autres le symbole d’une génération d’animateurs qui ont toujours fonctionné dans un système d’une grande opacité. .

  • Marcatil
    septembre 18, 2010

    La TV, publique ou privée, est ce qu’on appele  » un fromage ». Dans le fromage il y a des rats qui pullulent,qui prospèrent, qui s’engraissent et dont on sait qui ils sont.

    La télé publique est financé par la redevance, c’est à dire par les cochons de payants.Elle rétribue très grassement les producteurs d’émissions-poubelles comme celle de Delarue qui va chercher ses sujets dans la fange.

    Les responsables des chaînes publiques doivent déclarer clairement les émoluments de ces profiteurs, puisque au final, c’est le contribuable qui les paye et qui a le droit de savoir où passe son argent.

    Si cela se fait, il y aura de très grosses surprises. En particulier quand on connaîtra les budgets pharaoniques des maisons de production que la redevance publique finance pour des émissions putrides.