Les médias ont refait le mur.

 

 Au-delà du mur…Les commémorations de la chute du mur de Berlin sont l’occasion depuis quelques semaines d’une avalanche de reportages et de documents inédits. Rarement les médias, à travers’un travail de mémoire considérable, n’auront à ce point contribué à enrichir tout un pan de notre histoire contemporaine. Pas une chaîne de télévision, pas une radio, pas un journal, bref pas un média, à l’image de ce reportage de Radio Canada, qui n’ait labouré l’événement, fouillé ses coulisses, arpenté la face cachée de  ce mur, en retrouvant des témoins oubliés, en exhumant des drames jamais racontés, en rapportant des anecdotes par dizaines qui, enchaînées les unes aux autres, finissent par composer une fresque inédite.

Cet anniversaire, qui s’annonçait ainsi  comme un évènement empesé et très instititutionel, s’est mué au fil des jours en un travail de mémoire collectif. En un feuilleton haletant, qui a vu émerger, jour après jour, ici, de nouveaux personnages, là, des images oubliées, un feuilleton qui a vu apparaître des témoignages et des épisodes incroyablement inédits. Comme si ces commémorations venaient de faire sortir à nouveau l’histoire « de ses gonds », pour reprendre le mot employé, cette semaine, par Mickael Gorbnatchev.  

On ne compte plus ainsi les contributions et les documents de très grande qualité.  A l’image d’ "Allemagne Terminus Est" de Frans Buyens, une enquête inédite, diffusée sur la RTBF, en Belgique, sur le quotidien des Allemands de l’est, avant la chute du mur. Ainsi, également, de cet autre formidable document sur la Stasi, intitulé, "La Décomposition de l’âme", tourné par la réalisatrice Nina Toussaint et diffusé en Suisse et en Belgique. La série « Histoire du XXe siècle, volume 5 » comporte de son côté de très nombreuses images d’archives inédites que les chaînes européennes ont largement reprises. Tout comme le documentaire d’Arte, « Allemagne », tourné huit années après la réunification des deux Allemagnes et que la chaîne franco-allemande a rediffusé. 

Etrangement, le cinéma a peu creusé cette période. Comme absente de l’imaginaire du peuple allemand, elle n’a guère inspiré les réalisateurs d’outre-Rhin. Comme si chacun avait voulu oblitérer de sa mémoire ces années sombres. Peu de films donc à la télé sur cette période de l’histoire. Exception faite d’un long métrage comme «Le Tunnel »,  tourné en 1961, ou plus récemment, du fameux «Good bye Lénine ! », un véritable succès de salle, lors de sa sortie et le tout premier film grand public sur la question. Sans oublier,  naturellement, ce chef d’œuvre qu’est «La vie des autres » et qui raconte, de manière magistrale, la vie d’un homme broyé par un système, la Stasi. Il vient de sortir en DVD et a été diffusé sur Canal+. 
 

0
0 Comments