La télé en accusation: France 2 et Christophe Nick loupent leur cible.

par 15commentaires No tags 0

 

 

 Il  y a quelque chose de mensonger, presque une forme d’escroquerie intellectuelle, dans la soirée que nous propose demain soir France 2, avec la diffusion d’un documentaire confié au producteur Christophe Nick, sur les dangers supposés de la télévision.

L’unité documentaire de la chaîne a en effet confié au producteur Christophe Nick le soin de répondre à la bonne question: « Jusqu’où peut aller la télé?". Dans ce film, diffusé ce soir, Christophe Nick a voulu répondre en reproduisant, avec beaucoup de liberté, la fameuse expérience américaine de Stanley Milgram. Réalisée dans les années 60, celle-ci montrait qu’un individu ordinaire est prêt, sur ordre, à infliger les pires sévices à un individu, en l’occurrence des secousses électriques, sur simple instruction.
Or ce documentaire, réalisé pour France 2 par un journaliste connu pour avoir notamment travaillé aux côtés de Pierre Péan, se veut la réplique exacte de cette expérience de psychologie sociale impressionnante, qui révélait de manière spectaculaire la soumission à l’autorité d’individus capables d’envoyer un homme à la mort, sur simple instruction d’un tiers.
 

Stanley Milgram concocta pour cela un paradigme étonnant qu’il testa il y a plus de 40 ans et dont il entreprit les premières explorations sur un large échantillon. Des américains moyens avaient été alors contactés par petites annonces dans la presse écrite. Puis convoqués dans un laboratoire, afin de participer à des recherches sur « l’apprentissage ». Une fois installé, l’un des «sujets»  désignés constatait qu’ils étaient deux, en fait, à avoir été choisis. Mais le premier individu convoqué ignorait que l’autre était en vérité un comédien de métier, complice du projet.

Une fois au labo, on les informait que la recherche à laquelle il avait accepté de collaborer portait sur les effets des punitions, liées à la mémoire. L’un des deux individus présents, le comédien en l’occurrence, devait feindre d’apprendre une liste de mots associés à des couleurs. Or à chaque erreur reproduite, il se voyait infliger un choc électrique, qui allait grandissant au fil de l’exercice : de 15 à 450 volts. L’expérience avait pour objet de démontrer toute la faiblesse de l’être humain, quand celui-ci est conditionné, tenu à bout de gaffe par une autorité, qu’elle soit scientifique, militaire ou professorale. Glaçant.

Ni une, ni deux, France 2 et Christophe Nick nous ont fait un grossier copié-collé. L’expérience de Milgram devient un jeu télévisé et le propos initial du chercheur américain, un objet détourné: ce n’est plus l’individu qui est cause, ce n’est pas la nature humaine que l’on décrypte et analyse, mais la télévision. Que l’on cloue au pilori et qui devient un bouc-émissaire ! C’est idiot.

Et d’autant plus pernicieux que le documentaire de Christophe Nick est efficace. Que la démonstration est terrifiante! Que le spectacle de ces cobayes soumis à la volonté d’une animatrice télé fait froid dans le dos. Car il nous renvoie à des périodes de notre histoire qui ont vu des êtres humains instrumentalisés, embrigadés, puis transformés en marionnettes, avant de basculer, sur instruction, dans l’horreur.

Mais que vient faire la télévision là-dedans ? On ne sait pas? Quel  rapport même lointain avec le petit écran ? On ne sait pas non plus. Si l’expérience de Milgram s’était tenue à l‘époque sur un plateau de télé, la nature de ses observations aurait-elle été différente, ses conclusions faussées? Aurait-il invoqué l’influence du petit écran et exonéré par conséquent l’individu ? Non. Ce que fait Nick, en revanche.
Peut importe le décors ou le cadre, qu’il y ait ou non des caméras et que le maître de cérémonie soit un chercheur en blouse blanche ou un animateur de télé en tailleur: Seul compte le propos. Or demain soir, France 2, étrangement, ne fait qu’un seul procès : celui de la télévision. De la télé-réalité plus précisément. Un peu court.     
 

0
15 Comments
  • chris
    mars 9, 2010

    Mais que vient faire la télévision là-dedans ?

    Un exposé un peu plus argumenté dans Philosophie magazine de ce mois, nous explique par exemple que 61% des participants étaient sans pitié et que ce pourcentage passe à 81% à la télé. C’est peut être un début de réponse.

  • chris194
    mars 9, 2010

    Déjà quand on s’occupe de Medias, il faudrait peut-être connaitre les programmes TV. L’émission passe la semaine prochaine et pas demain.
    Je vois depuis une semaine tous les journalistes médias râler comme si cette émission pouvait leur empêcher de faire leur boulot et de dénoncer ce que ces journalistes médias ne font pas. quand on les voit tous participer à toutes les émissions médias de la télé.
    C’est pourtant clair . Cette expérience tient à prouver que dès qu’une autorité dans un cadre précis commande l’être humain ce dernier est prêt à tout voire à infliger des sévices à autrui …Et que désormais une animatrice arrive au même niveau qu’un scientifique à bouse blanche… et ça ca vous emm… que l’on puisse attaquer la télé.

  • Benoo
    mars 9, 2010

    M Revel, ce n’est pas demain qu’est diffusée cette émission mais la semaine prochaine!!!

  • Nap'
    mars 9, 2010

    A l’époque de Stanley Milgram, des physiciens ou des psychologues se sont sûrement demandés comme M. Revel aujourd’hui : « cette expérience est intéressante mais pourquoi condamné la science ? » « Mais que vient faire la science là-dedans ? » etc.

  • Martine Lavalle
    mars 10, 2010

    Si vous ne comprenez pas ce que vient faire la télévision là-dedans, et si vous ne percevez pas l’intérêt de ce travail alors que vous commentez les médias, c’est si affligeant que je ne vais pas chercher à argumenter.
    Par contre, les lecteurs de votre article ne doivent pas rater ce documentaire la semaine prochaine (ou vendredi en Suisse)pour se faire leur propre opinion. L’expérience, contrairement à ce qui est dit ici, a été rigoureusement préparée et chapeautée par une équipe scientifique et colle à celle de Milgram afin que les résultats soient comparables. Le dossier de Philosophie Magazine, tout comme le livre de Christophe Nick ouvrent sur une réflexion vaste, pertinente et essentielle dans l’époque que nous vivons. Heureusement qu’il existe des alternatives à la bêtise.
    Martine

  • flo1966
    mars 10, 2010

    Cette expérience est largement commentée et détaillé dans I, comme Icare, le film de Henri Verneuil avec Yves Montand, sur l’assassinat de Kennedy et le scandale de la commission Warren

  • Marion Festraëts
    mars 11, 2010

    Passionnante expérience de Christophe Nick et Jean-Léon Beauvois largement expliquée, protocole inclus, dans Le livre de Nick co-signé avec Michel Eltchaninoff, dont des extraits ont été publiés dans L’Express du 25 février, assortis d’une interview de Jean-Léon Beauvois. Mais peut-être notre spécialiste n’a-t’il pas encore eu le temps de le lire.

  • Théodore
    mars 11, 2010

    Monsieur Revel, franchement, quelle honte. Vous vous ridiculisez. Documentez-vous, réfléchissez! Et si vous y renoncez, ne dégommez pas ceux qui vont plus loin. Nous avons besoin de questionnement comme celui que ce film propose. Il en va de notre avenir. Le livre est passionnant: un film à ne pas manquer!

  • xav75011
    mars 11, 2010

    Après lecture du livre de Christophe Nick et Michel Eltchaninoff, je ne pense pas que l’on puisse dire que le documentaire soit « un grossier copié-collé ».
    Les différences entre l’expérience de Milgram et sa transposition à l’écran (sous le contrôle de Jean-Léon Beauvois) me semblent justifiées, argumentées et propices au débat citoyen sur la soumission à l’autorité et le devoir de désobéissance, sur l’acceptation enthousiaste ou passive du public envers certains programmes qui jouent sciemment sur les registres les plus primaires de nos émotions. Le site de france 2 donne d’ailleurs le ton : on y trouve des interventions de Meirieu, Guillebaud, Missika… dont le moins que l’on puisse dire est qu’elles élévent le débat.

  • frdricb59
    mars 14, 2010

    Si vous n’avez pas compris ce que vient faire la télévision dans cette expérience, alors il est à redouter que vous participiez un jour à ce type d’émission.

    Posez vous simplement et honnêtement la question de savoir ce que vous auriez fait à la place de n’importe lequel des participants et vous vous rendrez compte alors que vous même participez à l’obéissance aveugle à l’ordre établi.

  • anderea
    mars 14, 2010

    mais l’école est aussi basée sur l obéïssance et ne développe pas la « comprenoire »non plus .
    la télé par ses jeux troubles permet toutes les transgressions et libère les pulsions :tout ce que la morale et l’éducation interdit se trouve transgréssé par la manipulation télévisuelle qui troublent les esprits

  • Thouille
    mars 14, 2010

    Vous écrivez que cette expérience met en cause avant tout la faiblesse de la nature humaine, et je suis bien d’accord avec vous.
    Mais le propos de l’expérience de Christophe Nick n’est-il pas de montrer, en comparant ses résultats avec ceux de Stanley Milgram, que l’autorité morale exercée par la télévision est aujourd’hui au moins aussi forte que celle exercée, à l’époque, par la science?
    Pour ma part, je trouve que cela n’a rien d’anecdotique.

  • Arnaud Ragon
    mars 16, 2010

    Ce programme, avant même que je l’ai vu, est une vraie escroquerie et d’un cynisme abyssal.
    1/ Outre les expériences de Stanley Milgram, « le jeu de la mort » s’inspire de textes et de graphismes (un projet musical en coursz de réalisation) volés dans mon ordinateur. France télévisions m’a volé ainsi des dizaines de documents, photos, textes, graphismes pour créer des concepts d’émission, des bandes-annonces (qui se veulent des pieds-de-nez du puissant au faible). Cela dure depuis au moins l’été 2006 et le premier exemple signifitatif : ce soir ou jamais.
    2/ Cette soirée, c’est un peu comme si en 1942, les nazis avaient sorti un documentaire « Les camps de concentration, c’est pas bien ! ». France télévision me fait subir, outre les piratages et les spoliations des écoutes clandestines de mon domicile (24h/24 semble-t-il) ainsi que ceux de mes proches. Le CSA en est saisi depuis sept 2009 mais rien ne se passe et le groupe (que je considère dorénavant comme une entreprise fasciste) maintient son dispositif qui, il faut le dire, est une violation des droits de l’Homme.
    Le jeu de la mort existe déjà. FTV2 ne dénonce rien, il entretient un cynique écran de fumée devant ses pratiques réelles, qui sont tues, dont la ou les victimes ne peuvent ni se défaire, ni demander justice, ni être prises au sérieux quand elles les dénoncent.
    Ca ne vous rappelle rien ?

  • Esther C.
    mars 17, 2010

    Des révélation accablantes à propos d’une altercation qui a éclaté entre Christophe Hondelatte et Alexandre Lacroix (Philosophie Magazine) durant l’enregistrement de l’émission, sur le site de Karim Sarroub

    http://karimsarroub.blog.lemonde.fr/

  • Fabrice
    mars 17, 2010

    J’espère que vous allez vous excuser après avoir visionné l’émission, parce qu’il est évident que vous êtes totalement à côté du débat… à moins que vous ne vouliez pas voir ce que montre REELLEMENT l’émission.