Le Diable reconnaitra les siens: La chronique de Philippe Gavi.

par 3commentaires No tags 0

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le suspense a été intense : le pasteur Terry Jones brûlera t-il les 200 exemplaires du Coran que des sympathisants lui ont envoyés suite à un appel sur Internet ? Pasteur ? Il est juste le diacre autoproclamé d’une communauté d’une trentaine de pentecôtistes d’un bled de Floride, du nom de Gainesville, dont la majorité des habitants (rendons leur justice) le considère comme un cinglé. Le prédicateur est aussi l’auteur d’un livre : « L’Islam, une création du diable ». C’est dire le niveau. Mais apparemment n’importe quel crétin, escroc, dément peut prétendre avoir l’oreille de Dieu, se nommer pasteur, et faire son trou.
Il peut aussi embraser la planète.
L’épisode confirme le rôle amplificateur, hyper viral des médias, accouplés à Internet, dans la production et la propagation de l’actualité  En conséquence de quoi un trou de province n’est plus jamais perdu, et un Terry Jones peut obliger le président Obama à intervenir. En conséquence de quoi encore, pour le positif,  des millions de personnes ont pu se mobiliser pour empêcher une femme d’être lapidée en Iran.

Ce qui est certain, c’est qu’un petit pas dans l’actualité peut être un grand pas dans l’inconnu ; il suffit d’un illuminé pour mettre le feu aux poudres. Mais où se situe le problème, sinon à l’origine? Appeler à ne pas jeter de l’huile sur le feu ne doit pas faire oublier l’essentiel : le feu. Et le feu, c’est toute une population musulmane hystérisée qui, dans les pays arabes, en Afghanistan ou Indonésie prend prétexte de n’importe quoi pour scander des slogans de haine et de mort.
Le général David Petraeus, commandant des forces internationales en Afghanistan, ne s’y est pas trompé quand il a tenté de raisonner le pyromane : ce bucher pouvait mettre en danger les troupes américaines.

Ca n’a pas loupé. Une fois de plus, les « masses musulmanes » ont descendu dans la rue en vilipendant l’Amérique, l’Occident. Ce n’est pas être islamophobe que d’attendre des musulmans qu’ils manifestent avec la même ferveur quand un crime autrement plus grave qu’une caricature du Prophète ou les provocations d’un demeuré est commis au nom d’Allah. 

Si donc un crétin veut bruler du Coran, je suggère un contre feu. On pourrait le tourner en dérision en brûlant en fanfare bibles, évangiles, manuels marxistes, les œuvres de Voltaire, des journaux satyriques, que sais-je Le Diable reconnaitra les siens..
Quant à la construction d’une mosquée sur ground zéro, l’idéal serait de tenir les Dieu et toutes les églises à l’écart de ce court zéro de l’humanité. Qu’on érige plutôt un autel hommage à la tolérance, et au droit imprescriptible de l’homme à pouvoir douter. A cette capacité qu’invoque Boris Cyrulnik, inventeur du concept de « résilience », cet « art de naviguer dans les torrents », de naviguer à contre courant des doctrines et croyances fermées, totalitaires, hystérisantes. PG

0
3 Comments
  • beniouioui
    septembre 13, 2010

    Brûler en fanfare bibles et évangiles? Mais c’est déjà fait dans beaucoup de pays…

    Qu’il soit stupide de vouloir brûler publiquement un Coran est évident. De là à naviguer dans l’océan du bonheur en est une autre.
    Les « masses musulmanes » sont peut-être descendues dans la rue (en l’occurrence, pas vraiment d’ailleurs…)mais les masses occidentales devraient peut-être lire le droit pénal de l’ensemble des pays musulmans, y compris ceux où elles vont au club med comme le Maroc, et descendre dans la rue. Interdiction de parler du christianisme en dehors des rares églises (Maroc), interdiction de distribuer une bible en arabe (Maroc), interdiction du prosélytisme (peine de mort dans certains pays), interdiction des lieux de culte, détournement des inondations pakistanaises vers le villages chrétiens et hindous, etc.

    La liberté religieuse est la première des libertés. La diplomatie devrait se bouger un peu…

  • Othmane
    septembre 17, 2010

    Tout a fait d’accord avec Beniouioui!

    L’immobilisme de la diplomatie et l’apaisement de la société civile face a des codes pénals (et civils: au Maroc, la fille hérite de la moitie de ce qu’hérite le fils!) nuit aux non-musulmans dans ces pays.

    La séparation entre l’état et la religion est la source de la floraison des libertés individuelles et des Droits de l’Homme en occident. Il faut le dire haut et fort; quittes à choquer les adeptes du multiculturalisme qui croient que toutes les cultures se valent.

  • Chat-lines
    décembre 22, 2012

    But wanna comment on few general things, The website style is perfect, the articles is rattling excellent : D.