La parole est à la défense: la chronique de Philippe Gavi

par 5commentaires No tags 0

 

« Peut-on se connaitre soi-même ?» C’est le sujet de philosophie que ma fille, en terminale, a traité ce weekend. Oui mais, c’est quoi « se connaitre » ? Peut-il y avoir connaissance sans recul, sans distance historique? Nous autres Français héritiers des Lumières avons beau nous interroger sur ce que nous sommes devenus et où nous allons dans d’incessants débats où scintillent les lumières des humoristes, philosophes, historiens, éditorialistes, acteurs sociaux et politiques, tout se passe comme si, enfermés à l’intérieur d’une boule de cristal médiatique éclairée jour et nuit, nos rétines étaient surexposées, à perdre l’esprit

Ma fille m’exhume un extrait de David Hume, le philosophe anglais qui a dit que l’homme était un loup pour l’homme : « L’esprit est une sorte de théâtre où des perceptions diverses font successivement leur entrée, repassent, s’esquivent et se mêlent en une variété infinie de positions et de situations. Il n’y a pas à proprement parler de simplicité à un moment donné ni d’identité à ce moment ». A méditer, non ?

Après Hume, une citation de Kant: « Posséder le Je dans sa représentation : ce pouvoir élève l’homme infiniment au dessus de tous les autres êtres vivants sur la terre. Par là, il est une personne…Il faut remarquer que l’enfant qui sait déjà parler assez correctement ne commence qu’assez tard (peut-être un an après) à dire Je ; avant il parle de soi à la  troisième personne (Charles veut manger, marcher, etc.) ; et il semble que pour lui une lumière vienne de se lever quand il commence à dire Je ; à partir de ce jour, il ne revient jamais à l’autre manière de parler. Auparavant il ne faisait que se sentir ; maintenant il se pense. »

Les archéologues de demain observeront que nous autres Français avons vécu au début du 21 è siècle une inversion des perspectives. Nous sommes passés d’une vision offensive, tournée vers des lendemains à conquérir,  à une vision défensive et des lendemains à protéger.

Côté vie quotidienne, protégeons-nous du SIDA, de la grippe, de l’obésité, de l’anorexie, des délocalisations, des spéculateurs, du terrorisme, de la pollution, des OGM, des récidivistes, des pédophiles….

Voyez les avertissements se multiplier,  au bas des écrans publicitaires, sur les paquets de cigarettes, ou  le panneau « interdit aux moins de 18 ans » accroché à l’entrée du Musée d’Art moderne (pour l’exposition des photos de Larry Clark).

Côté politique, la parole est à la défense. Les ruptures ne correspondent plus à des bonds en avant, à des conquêtes, à des révolutions mais à des pas en arrière, des réformes, de la prévention. Le meilleur est le moins pire.

A droite, le mot clé, incantatoire, au cœur du quinquennat de Nicolas Sarkozy, est « réforme ». Des réformes à opérer à contre cœur, pour parer au pire. Les mesures ne sont pas conservatrices mais conservatoires. Objet  totémique : le bouclier. A gauche, les socialistes ne promettent plus de changer la vie mais de défendre ce qui furent au siècle dernier des conquêtes de hautes luttes et qui sont maintenant des acquis (dont on découvre l’importance).

Le débat public s’est focalisé sur ce qu’il est  possible de faire ou ne pas faire,  sur les efforts, les concessions à consentir par les uns et les autres. Et franchement, personne n’oserait dire  que « l’impossible n’est pas français ».

Ne pas trop dramatiser cependant; les Français sont d’attaque où ils peuvent, et pas seulement dans la rue (les retraites). Il nous reste le théâtre de nos vies personnelles (allongées d’une génération), les joies familiales et amoureuses, les amis, les hobbies, les événements festifs.

A défaut d’avenir enchanteur, nous nous adonnons au jeu du présent. On notera que jamais les télés n’ont programmé autant de jeux. Le public en est si friand que les chaînes publiques ont dû faire monter le montant des gains au niveau des chaînes commerciales. Il n’est pas rare de voir un candidat de « Questions pour un champion », « En toutes lettres », « Mot de passe » repartir avec quelques dizaines de milliers d’euros.

En promotion également,  « Je », ce qui me ramène au sujet de ma fille. En fin du siècle dernier, la « Star Académie » et la « Nouvelle Star » ont levé des bataillons de chanteurs amateurs aspirant à la gloire. Aujourd’hui,  « Masterchef » et « Un « diner presque parfait », révèlent les talents d’innombrables cuisiniers anonymes, de toutes couleurs, origines sociales, métiers, âges. Au moins là, jeux, chanson, gastronomie, les valeurs ne perdent pas connaissance. PG 

0
5 Comments
  • kathy from smokingmodels com
    février 10, 2011

    Tad that s what i was thinking, these LA MUSCLE guys must know what tehy doing.SO i needa loose some fat, trying to decide btwn Sculpt and Nemesis. Anyone have a rec they both say they help build muscle and burn fat, a little unclear.

  • Game Copy Wizard
    février 10, 2011

    Hello there, You have done an incredible job. I’ll certainly digg it and personally recommend to my friends. I am sure they will be benefited from this site.

  • Homebreware
    février 11, 2011

    What i don’t understood is actually how you are not really much more well-liked than you might be right now. You are very intelligent. You realize thus significantly relating to this subject, produced me personally consider it from so many varied angles. Its like women and men aren’t fascinated unless it is one thing to do with Lady gaga! Your own stuffs outstanding. Always maintain it up!

  • workouts to build muscle
    février 19, 2011

    Here we show you the importance of building your smaller muscle groups and how you can build your smaller muscle groups

  • bail bondsman
    novembre 11, 2011

    Hey there, just grew to become keen on your site via Search engines, and found that it is truly informative. I’m moving on to watch out for much more of your composing. I will appreciate should you carry on this particular in future. Many people will be benefited from your own writing. Greatest