Accusé de plagiat, Patrick de Carolis s’explique demain au tribunal

par 1 No tags 0

Patrick de Carolis devant ses juges….Comme le Canard Enchaîné le souligne, ce jour, l’ancien PDG de France Télévisions sera à la barre du Tribunal, demain jeudi.  Le 13 décembre 2011, Carolis et les éditions Plon avaient été assignés devant le Tribunal de Grande Instance de Paris pour plagiat, Laurence Grimal, la veuve de l’historien Pierre Grimal, et les éditions de Fallois reprochant à l’ex  patron de France 2 et de France 3 d’avoir « pillé les œuvres » de ce spécialiste de la Rome antique, décédé il y a quinze ans, pour son roman, La Dame du Palatin.

Interrogées par l’AFP, à l’époque, les éditions Plon récusaient tout plagiat de la part de Patrick de Carolis : « Cette démarche judiciaire s’avère d’autant plus singulière que, tout au long de son roman, l’auteur s’est attaché à donner vie à un personnage, Paulina, dont, hormis le fait qu’elle soit née à Arles et fut l’épouse de Sénèque, on ne sait pratiquement rien puisqu’aucun historien n’a jamais écrit à son sujet ». Il se serait, pour cela, appuyé sur des auteurs anciens, « de Sénèque à Tacite, ainsi que sur des historiens modernes, comme Pierre Grimal bien sûr, mais aussi Paul Veyne ou Jérôme Carcopino entre autres », ajoutait, à l’époque sa maison d’édition.  

Récusant cette vision des choses, Laurence Grimal, qui avait immédiatement réagit, qualifiait, quant à elle, de « contrefaçons » les ressemblances qu’elle avait découvertes entre l’ouvrage de Patrick de Carolis et plusieurs des livres de son défunt époux. Et elle avait  demandé un ensemble d’indemnités, le tout s’élevant à plus de 269 000 euros. Ainsi que le retrait de la vente de La Dame du Palatin et  la diffusion d’un extrait du jugement sur une chaîne généraliste.

Pour appuyer son propos, Laurence Grimal avait relevé dans l’ouvrage de Patrick de Carolis, plus de 150 passages « étonnamment ressemblants à ce que Pierre Grimal, spécialiste éminent de la Rome antique, a écrit dans sept ouvrages, particulièrement dans les Mémoires d’Agrippine et dans le Procès Néron ». « Si vraiment Patrick de Carolis avait puisé directement dans des sources historiques, par quel miracle ces dernières ont-elles, en atterrissant dans son livre, pris le style, les mots, les tournures de Pierre Grimal ? »  Des questions qui seront soulevées et  examinées lors de l’audience de demain

0
1 Comment
  • code promo
    mars 11, 2013

    J’aime bien les gravatar cela égaie les commentaires!