Quand Juppé découvrait les « after » d’Ibiza: la vie du maire de Bordeaux mise à nu

par 1 No tags 0

 

FullSizeRender

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La scène se déroule dans une boite branchée d’IbizaAlain Juppé  débarque sur le coups de six heures du matin. Bienvenue en terre inconnue: l’austère maire de Bordeaux qui découvre ébahi une foule de noctambules au bord du collapsus lance à l’un de ses compagnons de virée : « Explique-moi comment se fait-il qu’autant de gens puissent se lever aussi tôt ?» L’anecdote est à l’image d’un ouvrage qui inquiète l’entourage d’Alain Juppé. Publié le 6 avril, sous la signature de Gaël Tchakaloff, Lapins & merveilles – 18 mois ferme avec Alain Juppé – est un livre-enquête qui se veut un portrait inédit et décoiffant, une mise à nue, du candidat à la primaire des Républicains. Le secret a été gardé jusqu’à la dernière minute sur l’ouvrage totalement transgressif que cette journaliste de Paris Première et du Nouvel Economiste publie chez Flammarion, maison où Valérie Trierweiler a pondu Merci pour ce moment.
Dans ce roman-réalité très « rock’n roll », désopilant et dramatique à la fois, l’auteure s’est attaquée à la face nord du candidat. Elle s’est affranchie des règles du journalisme pour s’imposer comme l’une des protagonistes du livre dans le premier cercle des juppéistes: du « gonzo journalisme », tel que le pratiquent les Anglo-Saxons. A savoir, un traitement subjectif adossé à un style d’écriture journalistique très personnalisé où l’auteur fait partie intégrante du propos.
Ses 18 mois « embedded » avec Alain Juppé et les siens lui ont permis de pénétrer l’intime de chacun et de découvrir de l’intérieur les secrets de cette petite fabrique du pouvoir. Un exercice d’équilibriste destiné à percer à jour le tempérament et la véritable personnalité du candidat. Ses fêlures, ses blessures, ses failles, son mode de vie, ses rapports avec sa famille et son équipe: un Juppé de l’autre côté du miroir, au coeur de ses huis clos.

0
1 Comment
  • VictoireTransat
    mars 21, 2016

    ce n’est pas Flammarion mais Les Arènes pour Valérie T.