Vincent Meslet ou la chute annoncée d’un enfant d’Arte

1626437_3_e773_vincent-meslet-directeur-editorial-d-arte

 

 

Le limogeage du patron des programmes de France 2, Vincent Meslet, n’est pas à proprement parler une surprise. Voilà des semaines que la présidente de France Télévisions s’interrogeait sur la capacité de sa recrue à tenir à la barre de cette antenne. Très récemment encore, elle s’en était ouverte à certains professionnels du secteur. Inquiète des dégradations des audiences des après-midi de la chaîne – une brochette d’émissions installées début septembre avec tambours et cymbales- la pédégère a donc tranché dans le vif. Cette décision suscite des réactions partagées. En témoigne le petit coup de sonde relatif, réalisé par mes soins sur mon compte Twitter, qui montre que 53% des personnes des interrogées trouvent la décision injustifiée. Que le responsable d’une grande entreprise limoge l’un de ses cadres, au motif que ses résultats ne sont pas au rendez-vous, n’a pourtant rien d’indécent. Par-delà la brutalité de la sanction, il existe des raisons objectives. Venu d’Arte, une chaîne dont il avait épousé l’ADN,et passé par France 3 ( un canal plus confidentiel et moins exposé pour ce taiseux d’une discrétion extrêmme)  Vincent Meslet ne semblait pas véritablement à sa place sur le paquebot France 2, où seule l’info et son journal de 20 heures surnagent. Et la remise à plat des après-midi de la chaîne -avec Thomas Thouroude, Frédéric Lopez, Stéphane Bern et  Amanda Scott – semblait un bricolage un peu osé.

Ce n’est pas la première fois qu’une telle révolution de palais se produit dans une chaîne: c’est même le lieu commun de ces maisons où la question de l’audience est on le sait vitale. D’autant plus depuis l’éclosion de la TNT, qui est en train de bouleverser l’ensemble de l’écosystème. La rumeur selon laquelle l’ancien éphémère patron de Canal+, Xavier  Couture, pourrait prendre le relais de Vincent Meslet n’est pas pour l’heure confirmée : artisan de la candidature de Delphine Ernotte, dont il fut l’un des ardents défenseurs, cet homme de programmes ferait un joker tout trouvé.  Avec le départ de Daniel Bilalian, remplacé à la direction des sports du groupe par Laurent-Eric Le Lay et l’éviction de Vincent Meslet c’est une partie non négligeable de l’organigramme dirigeant de France Télévisions qui est chamboulé. Delphine Ernotte semble ainsi vouloir reprendre la main au moment où les critiques pleuvent. Et à l’heure où avec les primaires de la droite et l’horizon des présidentielles, France Télévisions rentre dans une profonde zone d’incertitudes et de turbulences.

0
1 Comment
  • ARISTOTE
    octobre 7, 2016

    Sa sortie sur Sabatier n etait pas tres malin, Dire qu apres 8 ans Sabatier ne correspondait pas a l image de la chaine m a fait beaucoup rire….Quand on sait que son jeu Mot de Passe fonctionnait tres bien…Pres de 2 M le samedi en access….Je ne parle pas du jeu de Minne Joker…Bref beaucoup d erreurs de strategie en semaine et le week end…France 2 est devenue une chaine de la TNT…Couture va t il faire appel a des valeurs sures de TF1 avec lesquelles il a travaille genre Dechavanne sans antenne fixe ou encore Lagaf tres populaire aupres du public pour sauver le pre access? A voir…