Révélations: les liaisons secrètes de Donald Trump avec l’oligarque roi de Monaco, Rybolovlev

par 0 No tags 0

58bcacfd1900001500bd6e17

 

L’apparition du Secrétaire d’état au Commerce de Donald Trump, Wilbur Ross à la rubrique Paradis fiscaux des Panama papers n’est pas à proprement une surprise. Et les suspicions de connivence de cet intime du locataire de la Maison blanche avec la sphère russe, durant la campagne présidentielle américaine, pas moins. Car comme je l’évoque  longuement dans un récent ouvrage paru aux éditions First -Le mystérieux Rybolovlev- cet homme d’affaires multimillionnaire aux relations sulfureuses navigue de  longue date en eaux troubles.

C’est à Chypre, l’un des paradis fiscaux les plus fréquentés par la diaspora russe, que Wilbur Ross s’est à un moment posé, quand il a pris, en 2011, la vice-présidence du conseil d’administration de Cyprius Bank.  Etablissement bancaire de renom, cette banque est à Chypre ce que le Crédit lyonnais ou la Société générale sont à notre beau pays, les margoulins en moins. Chypre qui compte autant de banquiers véreux que de prêtes orthodoxes, où la corruption est une religion d’état, abrite par ailleurs une colonie de milliardaires russes dont l’argent dort dans des coffres soigneusement protégés. Ainsi de l’oligarque et propriétaire de l’AS Monaco, Dmitri Rybolovlev, dont tout ou partie  de l’immense fortune (quelques dix milliards de dollars) sommeille à Chypre.

160727154759-maison-de-lamitie-mansion-780x439

 

Sous le feu des projecteurs et en délicatesse avec le prince Albert, depuis ses démêlés récents avec la justice monégasque, qui l’a mis en examen à la mi-septembre, ce personnage haut en couleurs siège depuis six ans au conseil d’administration de cette même Cyprius Bank, dont il est tout bonnement l’homme fort. D’aucuns assurent à Chypre que c’est cet homme, intime du président chypriote, qui a intronisé et installé Wilbur Ross à la table de ce même conseil. D’aucuns certifient également que ce tandem a œuvré dans l’ombre durant la dernière campagne américaine, en contribuant au financement de celle de Donald Trump.

Trump doit d’ailleurs une fière chandelle à cet oligarque qui lui était totalement inconnu jusqu’à ce jour de 2008. Alors que Trump est en pleine panade  financière, ce dernier lui rachète et pour une montagne de dollars (85 millions) sa propriété de Palm Beach, en Floride. Or c’est ce même milliardaire toujours aux quatre cents coups qui neuf ans plus tard se manifestera à nouveau en apportant son obole à celui dont la campagne démarre alors. Wilbur Ross et Dimitri Rybolovlev sont à l’époque comme deux larrons qui avec le concours d’un troisième, (l’ancien patron de la Deutsche Bank), participent  à l’effort de guerre d’un Trump parti à l’assaut de la Maison Blanche.

Cet épisode fait l’objet, depuis plusieurs mois, de toute l’attention d’une partie du Congrès à Washington, où une commission d’enquête, pilotée par les démocrates, a déjà auditionné Wilbur Ross.  Elle mobilise également les services américains depuis qu’une enquête a été lancée aux Etats-Unis sur les liens entre Trump et le premier cercle de Vladimir Poutine durant cette même campagne présidentielle. Et l’axe Ross-Rybolovlev commence à faire les choux gras d’une presse américaine à l’affut, qui cherche depuis des mois le maillon qui aurait relié Trump au Kremlin dans les mois qui ont précédé son élection.

thumbnail

0

Comments are closed.